Par Anne-Marie Vézina, le 14 mars 2018

Pour plusieurs personnes, la première chose qui vient à l’esprit lorsqu’on se présente à quelqu’un est de dire par exemple
« Bonjour, mon nom est Anne-Marie, je suis conseillère en emploi »… Mais qu’est-ce qu’on dit lorsqu’on est sans emploi?

« Bonjour, je m’appelle Anne-Marie, je ne travaille pas »? 
« Bonjour, mon nom est Anne-Marie, je suis une chercheuse d’emploi »?

Il peut être difficile pour certains de se définir par autre chose que leur occupation professionnelle. Mais pourquoi?

Premièrement, le travail est une activité qui est extrêmement valorisée dans notre société actuelle. On peut se sentir complètement exclu du reste du monde dans les moments où on ne se définit plus par notre emploi.
Comment voir cette situation sous un autre angle?

Il faut tout d’abord changer notre discours interne. On ne doit pas se dire qu’on ne vaut plus rien parce qu’on est en période de transition professionnelle. Le moment où nous sommes en réorientation peut, en effet, signifier que nous prenons du temps pour nous, pour mieux nous connaître, pour évaluer notre carrière et faire le point. Ce moment peut également être utilisé pour se fixer de nouveaux objectifs, valider nos besoins et nos exigences, etc.

On peut en ce sens se définir par autre chose que par la sphère professionnelle! EH OUI, C’EST POSSIBLE! En effet, au plan de la sphère personnelle à titre d’exemple, vous êtes peut-être un excellent conjoint, une mère fantastique, un frère très présent, un fils proche aidant, une amie exceptionnelle, un grand athlète, etc. Peut-être êtes-vous impliqué à titre de bénévole pour une bonne cause, dans des comités à l’école de votre enfant, ou encore êtes-vous présent dans la vie de quelqu’un qui en a vraiment besoin. Toutes ces situations sont valables et importantes au même titre qu’un emploi rémunéré. Vous y consacrez du temps et des efforts, votre expertise ainsi que vos compétences sont sollicitées!

 

Une autre raison pour laquelle on peut se sentir perdu sans notre identité professionnelle est que nous nous sentons généralement unique comme travailleur. En d’autres mots, c’est une façon pour l’être humain de se démarquer des autres et de faire valoir ses talents et atouts professionnels. Sans cette façon de se distinguer, il peut être plus difficile de reconnaitre ce qu’on a de positif en tant que personne.
Que peut-on faire pour garder une image positive de soi dans un moment difficile comme lors de la
perte d’un emploi?

Il importe de continuer de se percevoir comme une personne à part entière, avec nos qualités, nos atouts et nos compétences. Ce n’est pas parce qu’on n’est plus en emploi que tout le positif en nous s’évapore et que nous ne sommes plus rien. Des acquis, ça reste et des qualités aussi! Même en étant « Anne-Marie en recherche d’emploi », on demeure quand même conseillère en emploi, on ne perd pas notre identité professionnelle.

En bref, il est vrai que la recherche d’emploi peut être vécue comme un moment très difficile et confrontant à passer. Toutefois, il faut rester positif, car c’est en dégageant une bonne attitude et une bonne estime de soi que nous donnerons envie aux recruteurs et aux entreprises de nous prendre dans leur équipe. Il est bien rare que les ressources humaines soient à la recherche d’un candidat marabout ou découragé, ou encore d’un employé potentiel qui ne croit pas en ses compétences ou en ce qu’il peut apporter à l’organisation…

Pensez-y! Vous êtes unique et vous avez quelque chose à apporter à quelque part, il suffit d’être patient et de rester positif pour le trouver…


Pour recevoir d’autres conseils liés à la recherche d’emploi, abonnez-vous à l’infolettre mensuelle 
de Libre Emploi.
X