Dans mes premières années de conseillère, au début des années 2000, mes clients me communiquaient régulièrement leurs frustrations et leurs déceptions face au silence et l’absence de retour des employeurs qui les avaient reçus en entrevue. Et ils avaient raison d’être fâchés!

Tout le temps mis à bâtir leur candidature, à faire des recherches sur le poste et l’entreprise, à se projeter en emploi et à préparer leur entrevue pour … rien. Pas de feedback, pas d’explication, aucune chance de contre-argumenter et, souvent, une semaine de perdue à attendre l’appel parce que l’intérêt pour le poste était si grand.

Le vent tourne

Depuis 5 ans, le vent tourne et aujourd’hui, étant plus en contact avec les employeurs, je les écoute se plaindre du silence qu’ils subissent de la part des candidats. Et ils ont eux aussi raison d’être fâchés! Ils reçoivent des CV, mais plusieurs restent sans réponse. Ils rencontrent des candidats, mais un bon nombre deviennent des fantômes après l’entrevue. Il arrive même qu’ils embauchent une personne qui ne se présente pas le jour J! Temps et argent s’envolent, sans que le poste soit comblé.

Les bonnes manières

Partons de la base du comportement éthique : « Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas que l’on vous fasse », un vieux proverbe français qui, s’il était appliqué par tous et chacun, rendrait la vie plus agréable!

Ramenons les bonnes manières! Saluez, remerciez, souciez-vous de l’autre, prenez acte et expliquez vos décisions, laissez en souvenir une belle image de vous, et ce, peu importe dans quel siège vous vous trouvez : celui du recruteur ou celui du chercheur d’emploi.

Les bonnes pratiques s’appliquent autant à l’un qu’à l’autre et tous en sortiront gagnants.

Maintenant, si on s’écoutait?


Pour recevoir d’autres conseils liés à la recherche d’emploi, abonnez-vous l’infolettre bi-mensuelle de Libre Emploi.

X