Par Marie-Chantal Germain, le 8 juillet 2020

Quand votre recherche d’emploi se déroule bien, vous n’avez pas l’habitude de vous questionner, votre énergie vous entraine dans l’action. Elle vous amène à avancer la tête haute et à être convaincu de trouver un défi professionnel à la hauteur de vos espérances. Si c’était toujours ainsi, mon article s’arrêterait là.

Cependant, il peut arriver que votre recherche soit émotionnellement plus difficile que prévu et que vous vous sentiez envahi par un stress qui vient vous perturber. Au lieu de débuter vos démarches avec confiance, vos craintes peuvent vous faire vivre une anxiété que vous devez apprendre à reconnaitre pour bien la gérer.    

Voici trois pensées à éviter en recherche d’emploi :

On a tous un petit hamster dans notre tête qui nous amène des questionnements injustifiés sur notre savoir-faire et nos connaissances. On peut être amené à se faire des scénarios catastrophes qui vont apporter un sentiment d’incertitude et d’insécurité. Il devient alors difficile de relativiser ces pensées destructrices qui ne tiennent pas compte de nos forces. Le moindre obstacle qui se trouve sur notre route vient confirmer nos doutes et ébranler notre confiance. Par exemple, il est possible d’être perturbé par les commentaires négatifs d’un employeur sur notre CV.

Pistes de solution :

  • Évaluer la probabilité que ce scénario se produise
  • Repenser aux actions qui procurent un sentiment de fierté
  • Établir un plan d’action général et définir chaque étape
  • Se visualiser en train de réussir ce qui est angoissant

Avoir tendance à être un éternel insatisfait est également un élément démotivant en recherche d’emploi. Lorsqu’une personne veut faire chacune de ses démarches à la perfection, elle ne se met pas dans l’action. Elle peut retarder sans cesse la réalisation de ce qu’elle souhaiterait faire comme étape, car elle croit inconsciemment qu’elle ne sera pas à la hauteur. Par exemple, une personne qui ne fait que travailler son CV sans jamais oser le présenter à un employeur peut se mettre à faire du surplace sans jamais passer à l’action.

Pistes de solution :

  • Apprendre à s’exposer sans vouloir tout contrôler afin d’apprendre à tolérer l’incertitude   
  • Prendre l’habitude de noter ses réussites à chaque bon coup

La distorsion cognitive consiste à entretenir des pensées exagérées par rapport à une situation. Par exemple, une personne qui arrive à une entrevue d’embauche et qui remarque une tache sur son pantalon pourrait se dire intérieurement : « L’employeur ne verra que ça, je ne serai probablement pas sélectionnée, mon entrevue n’est pas commencée et elle est déjà ratée ». Elle se concentre alors sur l’analyse d’un élément négatif, ce qui la conditionne à se dévaloriser lors de l’entretien. À l’opposé, si notre candidat remarque la tache et s’excuse simplement auprès de l’employeur, il garde un contrôle sur la situation et il est plus en mesure de vivre le moment présent.

Pistes de solution :

  • Éviter de se juger trop sévèrement et de dramatiser une situation non désirée
  • Se concentrer à trouver une solution qui pourra redonner le contrôle sur la situation
  • Prendre de grandes respirations pour mieux gérer le stress ressenti    

Si vous pensez comme moi, vous serez d’accord d’affirmer que la recherche d’emploi est une situation qui peut amener beaucoup d’émotions. Cependant, lorsque cela arrive, il faut savoir contrôler les idées et les pensées qui viennent à notre esprit, reconnaitre nos bons coups dans nos démarches, voir nos progrès et nos réussites et s’en féliciter.  Bien entendu, il faut également s’entourer de personnes de confiance qui sauront nous encourager et nous écouter.  Pour un soutien positif et sans jugement, contactez-nous !


Pour recevoir d’autres conseils liés à la recherche d’emploi, abonnez-vous à l’infolettre hebdomadaire de Libre Emploi.

X