Il nous fait plaisir de vous proposer une série d’articles portant sur l’histoire d’embauche de chacune de nos conseillères. Vous saurez comment s’est passé leur premier contact avec Libre Emploi, comment elles ont vécu cette période et les conseils à retenir de leur expérience. Bonne lecture!


12 septembre 2019 : envoi de ma candidature

J’ai terminé mon baccalauréat en avril et j’occupe toujours mon emploi d’étudiante à temps complet. Je me pose beaucoup de questions concernant mes aspirations de carrière et le domaine dans lequel je veux me diriger. J’hésite entre les ressources humaines et le secteur communautaire.

C’est à ce moment que je reçois une alerte-emploi du Service de placement de l’Université Laval qui nous partage l’affichage du poste de conseiller.ère en emploi chez Libre Emploi. Étant déjà près du quartier, cela a piqué ma curiosité et j’ai postulé 3 jours plus tard. Je me souviens avoir été tellement nerveuse, voire même anxieuse! J’harcelais mes collègues et ami.e.s pour avoir leur avis et leur aide sur mon CV et ma lettre de présentation. J’ai été convoquée à une entrevue une semaine plus tard. J’ai fait ma préparation d’entrevue chez moi, en pratiquant mes réponses aux questions à haute voix.

19 septembre 2019 : journée de l’entrevue

Je travaillais le matin à la Coop et j’ai pris congé pour quelques heures, le temps de mon entrevue. J’étais très nerveuse, j’ai donc mal évalué le temps de marche pour me rendre à Libre Emploi : je suis arrivée beaucoup trop en avance. Je me suis assise sur un banc dans la rue pour évacuer mon stress. 15 minutes avant mon rendez-vous, j’ai monté les escaliers en inspirant profondément et je me suis présentée à l’accueil où j’ai rencontré Geneviève. Elle discutait d’un projet avec Anne-Marie et j’ai tout de suite senti que je m’identifiais à cet esprit de collaboration. Après les présentations d’usage, on m’installe à l’ordinateur pour faire les tests informatiques et de français et ensuite, Laurie (la directrice) me rencontre enfin. L’entrevue se passe bien (du moins, c’est ce que j’en déduis étant donné mon embauche!). Trop nerveuse pour faire une autoévaluation de ma performance, je me souviens seulement de deux de mes réponses. J’ai appelé ma sœur pour lui parler, juste parler et décompresser. Elle m’a rassurée en me disant que tout serait OK et que j’allais avoir l’emploi. Merci à elle pour les beaux encouragements, même si j’ai dit 20 fois que je n’aurais pas l’emploi!

De retour au travail, j’ai eu droit à l’attente post-entrevue.

24 septembre 2019 : appel de Laurie

C’est une semaine plus tard que j’ai reçu un appel de Laurie. J’étais au travail et au moment de ma pause, j’ai vu que j’avais un appel manqué et un message sur ma boîte vocale. La panique s’est emparée de moi. J’ai pris mon message, aucune réponse oui ou non, je dois simplement la rappeler. J’ai fait écouter le message à mes collègues de la Coop avant de rappeler Laurie. J’essayais de décoder son ton de voix. Je ne devais pas être du monde, merci pour votre soutien les amis. Je me suis rendue dans la salle d’employés pour faire mon appel … Le bonheur que j’ai ressenti lors de cet appel! J’ai descendu les escaliers en souriant et en criant de joie. J’étais triste de quitter mon équipe à la Coop, mais je décrochais enfin un travail en lien avec ce que je venais d’étudier!

Voilà, la morale de cette histoire : c’est normal de vivre du stress dans un processus d’embauche. S’entourer d’influence positive peut faire toute la différence dans la préparation!


Pour recevoir d’autres conseils liés à la recherche d’emploi, abonnez-vous l’infolettre bi-mensuelle de Libre Emploi.

X