Par Caroline Perron, le 22 janvier 2020

Vous êtes à la retraite et souhaitez retourner sur le marché du travail? Vous désirez réintégrer le marché du travail graduellement après avoir pris soin de votre santé? Vous cherchez à passer plus de temps auprès de votre famille? Peu importe la raison, il se peut que vous souhaitiez travailler moins d’heures par semaine. Et vous savez quoi? C’est tout à fait compréhensible!

Mais, par où commencer? Je remarque que plusieurs personnes dans cette situation rencontrent le même défi : elles trouvent des offres d’emploi intéressantes, mais qui demandent de travailler à temps plein. C’est alors que j’entends les questionnements suivants :

Est-ce qu’ils vont rejeter ma candidature si je leur demande de travailler moins de 30 heures par semaine? Est-ce que je leur cache cette information jusqu’à ce qu’ils m’embauchent? J’aimerais être transparent et nommer mes attentes dès le départ mais j’ai peur de la réaction de l’employeur…

Alors, que faire?

Astuce #1 : Voir cet aspect comme une condition de travail à négocier

Tout comme pour les attentes salariales, il n’est pas obligatoire d’aborder ces sujets lors de l‘envoi de votre CV ou lors d’une entrevue. Misez plutôt sur la pertinence de votre candidature pour le poste convoité. Faites ressortir vos atouts et démontrez à l’employeur votre motivation et votre sérieux vis-à-vis cet emploi. Si l’employeur est intéressé à vous embaucher, il abordera certainement la question des conditions de travail et vous pourrez faire votre demande à ce moment-là. Il est possible qu’il soit ouvert à offrir du temps partiel et à faire ce compromis pour vous avoir dans son équipe.

Astuce #2 : Être honnête dès le départ

Si vous n’êtes pas à l’aise de « cacher » cette information dans votre démarche et que vous souhaitez être transparent avec l’employeur et lui dire dès le départ, c’est aussi une option valable. Dans ce cas-là, il est vrai que vous ne pourrez pas prédire la réaction que l’employeur aura vis-à-vis cette demande et vous n’avez malheureusement pas de contrôle là-dessus ! Oui, il est possible que l’employeur refuse votre candidature pour cette raison, mais il est aussi possible qu’il s’agisse d’un compromis qu’il est prêt à faire. Le marché du travail étant ce qu’il est en ce moment, les employeurs ont de grands besoins de personnel et se montrent généralement plus flexibles. Un employeur pourrait aussi apprécier le fait que vous sachiez exactement ce que vous voulez.

Astuce #3 : Démontrer de la flexibilité et de l’ouverture

D’abord, il est possible que votre conception du travail à temps partiel soit différente de celle de l’employeur. Par exemple, combien d’heures êtes-vous prêt à travailler? Vous aborderez la question différemment si vous souhaitez travailler 10 h, que si vous souhaitez travailler 25 ou 28 h par semaine. Mieux vous aurez défini cet aspect, mieux vous serez capable de le défendre lors de la négociation. Aussi, questionnez-vous afin de déterminer les compromis que vous seriez prêt à faire pour accommoder l’employeur. Par exemple, êtes-vous prêt à travailler plus d’heures lors des périodes achalandées? Pouvez-vous travailler quelques heures à tous les jours ou alors 3 journées complètes?

Dans tous les cas, il est important que vous vous respectiez dans les méthodes que vous utiliserez pour aborder cette demande avec les employeurs. Choisissez la stratégie qui vous convient le mieux et testez-la ! Et si vous avez besoin d’aide pour vous préparer et pour adapter votre demande au poste que vous convoitez, pourquoi ne pas rencontrer votre conseillère en emploi?

N’OUBLIEZ PAS CECI :  lorsqu’un employeur rédige une offre d’emploi, il y inscrit tous les aspects qu’il recherche chez un candidat. Il indiquera son idéal et il est possible que vous ne correspondiez pas à TOUS les critères. Mais pourquoi ne pas tenter sa chance quand même? Il pourrait s’y cacher de très belles opportunités!


Pour recevoir d’autres conseils liés à la recherche d’emploi, abonnez-vous à l’infolettre mensuelle de Libre Emploi

X